Un peu d’histoire... En 1986, la radio autrichienne ORF ramène en Autriche une flamme allumée dans la grotte de la Nativité à Bethléem. Elle est distribuée en signe de paix à l’ensemble de la population. Depuis 1988, chaque troisième week-end de l’Avent, une célébra-tion chrétienne est organisée en Autriche pour partager la Lumière à de nombreux mouvements de scoutisme en Europe. En 2003, les Scouts les Guides de France (SGDF) et les Éclaireuses et Éclaireurs Unionistes de France (EEUdF) rejoignent cet élan de fraternité. Chaque année, une délégation formée de membres des EEUdF et des SGDF se rend à Vienne pour y recevoir la Lumière, aux côtés d’autres mouvements scouts de toute l’Europe. De retour en France, la délégation transmet la Lumière aux représentants des différents territoires et régions EEUdF et SGDF au cours de célébrations-phares. À leur tour, ces ambassadeurs repartent dans leurs groupes pour relayer la Lumière. De nombreux départements, diocèses, groupes scouts, paroisses, etc., accueillent alors la Lumière de la Paix de Bethléem et l’offrent à leurs voisins, aux hôpitaux, aux prisons... et à toute personne souhaitant la recevoir.

En pratique La délégation française, composée de 10 louvettes et louveteaux (EEUdF), et de 10 jeannettes et louveteaux (SGDF), ainsi que de quelques accompagnantes et accompagnants, partira de Paris le jeudi 12 décembre 2019 en direction de Vienne. Sur place, les jeunes rencontreront d’autres scouts et participeront à la célébration œcuménique internationale, le samedi 14 décembre. La Lumière arrivera en France le dimanche 15 décembre. Des célébrations phares auront lieu à Saint-Brieuc (22), Bordeaux (33), Metz (57), Lyon (69) et Saint-Denis (93), puis des célébrations locales auront lieu dans toute la France. La diffusion se poursuivra naturellement jusque début février, par des distributions publiques dans les hôpitaux, les maisons d’accueil pour les réfugiés ou les sans-abris, sur les marchés. Chaque groupe a la liberté d’imaginer les initiatives de son choix, pour permettre à la Lumière de la Paix de Bethléem de briller en tous lieux où l’espérance est nécessaire : lieux de solitude et d’isolement, lieux de discrimination ou de désespoir. Enfin, au mois de janvier, de belles rencontres collectives pourront être organisées pour continuer à faire prospérer l’esprit de paix et de fraternité de Noël, symbolisé par la Lumière de la Paix de Bethléem.